21 février 2018 – 17 h 12 min

L’arrivée d’un enfant est un grand bonheur. Mais pour qu’elle se passe dans les meilleures conditions, l’hospitalisation et tous les autres frais liés à la naissance d’un bébé doivent être …

Lire la suite »
Accueil » Santé

Antibiotiques pour bébé : changeons nos habitudes

Le 14 octobre 2014 – 13 h 39 minAucun commentaire |

Les enfants sont de plus en plus souvent porteurs de bactéries résistantes aux antibiotiques. Conséquence : ils peuvent devenir plus difficile à soigner.

Une trop grande consommation d’antibiotiques dans des cas où ils sont inutiles est en cause. Les professionnels de santé s’accordent à dire qu’il faut changer ensemble nos habitudes.

Antibiotiques, ce n’est pas automatique

Rhinopharyngite, otite ou angine, difficile pour les enfants d’échapper à toutes ces petites maladies. La toux, la fièvre ou les douleurs inquiètent les parents qui se sentent souvent rassurés de pouvoir compter sur les antibiotiques.
bébé medicament
Pourtant la consommation inappropriée peut comporter des risques. En effet, les bactéries deviennent plus résistantes, et dans certains cas, les antibiotiques sont inefficaces, alors qu’on aurait vraiment besoin d’eux.
Ils sont irremplaçables… mais ils ne sont pas des potions magiques.

Bébé guérira sans

En fait, ils sont utiles pour lutter contre les bactéries mais n’ont aucun effet sur les virus. La plupart des angines ou des rhinopharyngite virales. Dans ces cas, les antibiotiques ne servent à rien. Au total, ce sont 70% à 90% des infections de nos enfants qui peuvent se soigner sans traitement antibiotiques.
Bien souvent, ces maladies guérissent naturellement au bout de quelques jours. Entre 3 mois et 6 ans, les enfants construisent leur système immunitaire ce qui explique qu’ils présentent en moyenne 7 à 10 rhinopharyngites par an. La fièvre, la toux, le nez qui coule, sont les signes que le corps rencontre une infections et qu’il apprend à la combattre. Les parents peuvent soulager leurs enfants avec des gestes simples et certains médicaments comme le paracétamol. Le mieux reste évidemment d’en parler avec votre médecin.
Plus d’informations sur Ameli santé.

Donner son avis

Merci de rester courtois, de rester dans le sujet.