25 mai 2017 – 9 h 44 min

Il est souvent difficile de s’y retrouver dans les vêtements pour bébé, surtout lorsque vous devez choisir des pyjamas, un body, des t-shirts pour votre nouveau né, les tailles ne …

Lire la suite »
Accueil » Education

Ne pas surprotéger votre bébé

Le 10 août 2012 – 15 h 21 minAucun commentaire |

Si l’on est toujours ravi de voir son enfant découvrir le vaste monde et progresser, on sait aussi que cela ne se fait pas toujours sans danger ni stress…
Parfois, la tentation est forte de surprotéger son petit. Mauvaise pioche ! On risque alors de l’empêcher de grandir. Voici quelques clés pour trouver le juste équilibre…
Il y a les bras de maman, papa, un véritable havre de tendresse, un rempart absolu contre toutes les agressions, appelons cela la zone de sécurité. Un peu plus loin, si l’on imagine un cercle dessiné autour de l’enfant, il y a une zone de découverte, dans laquelle il est en confiance : moment-là zone de stress positif. Enfin, plus vaste encore,plus éloignés des parents, une troisième aire vers laquelle notre petit curieux et souvent irrésistiblement attirer, mais qui n’est pas sans péril. Son nom : la zone de panique.

Les trois zones

Grandir, c’est aller progressivement des bras de sa mère vers la zone de stress positif, avec même quelques excursions dans la zone de panique. Mais toujours sous l’œil vigilant des parents.
Quel papa n’a pas consoler son petit enfant qui a poussé trop loin la découverte et en est revenu terrorisé de la ? Quelle maman n’a pas vu son enfant accourir, blessé légèrement, les mains coincées dans une porte, parce qu’il s’était éloigné du périmètre de sécurité ?
Inquiétant, oui, mais c’est pourtant en poussant chaque fois un peu plus loin ses explorations, à force d’apprendre, que votre bambin va progresser. Le petit homme est captivé par l’inconnu : son regard le porte sans cesse à observer quelque chose de nouveau, et dès que ses jambes potelées le porte, il est capable de partir à l’aventure d’un pas chancelant dans le sillage d’un papillon, d’un chat, d’un ballon qui roule… Difficile de l’en empêcher, pas évident de le retenir.
Mais le contenir, sans qu’il soit en danger, cela s’apprend !
Car le papillon peut l’entraîner vers un précipice, une route, une rivière… Des centaines de risques : vous devez alors l’accompagner et d’enseigner comment faire attention !

À la découverte du stress positif…

C’est le moteur, celui qui le conduit toujours plus près du papillon.
Totalement exalté, votre enfant crie de bonheur, et ce chemin vers le papillon, c’est également celui de la connaissance, celui qui va lui permettre de grandir. Sur la route qui va emprunter, il sera chaque fois un peu plus à l’aise et va apprendre à contourner les obstacles. C’est de cette manière que sa zone de sécurité s’élargit.
Votre petit explorateur en culottes courtes obéit à un mécanisme qui repousse sans cesse ses limites grâce à une prise de risque.
Il est vrai que, là encore, la nature dote plus ou moins largement l’esprit de conquête, et si certains bambins sont des explorateurs accomplis, d’autres font figure de promeneurs du dimanche. On en voit descendre le toboggan la tête la première et sans les mains, suivi par des copains à deux à l’heure sur leur fesse. Néanmoins, tous les gamins sont un jour ou l’autre piqué par un aiguillon qui les pousse à découvrir toujours plus, toujours plus loin aussi. Réjouissez-vous : c’est un véritable processus de croissance, qui permet d’apprivoiser une autre chose essentielle : ses propres limites.

Appréhender la zone dangereuse

C’est quand votre enfant passe du stress excitant et positif à la détresse totale.
Le rôle de papa ou de maman et alors capital pour réconforter, surveiller, expliquer… Apprenez à votre bébé à faire attention.
Mettez des mots sur ses émotions, sensations. L’eau du robinet le brûle ? Dite lui que c’est trop chaud et pour que, plus tard, si vous lui interdisez de s’approcher du four en disant c’est chaud, il comprenne.
Parlez-lui, pas un grand discours à chaque fois, mais une explication rationnelle et logique.
La solution ? Un savant dosage d’amour, d’attention… Et c’est ainsi que, sans être couvé, votre enfant aura confiance en lui.
Mais surtout, s’il se fait mal, se brûle… Éviter les : je te l’avais bien dit, qui risque de le briser dans son élan de découverte.

Donner son avis

Merci de rester courtois, de rester dans le sujet.